Expositions consacrées à la peinture de paysage
Année 2017

Camille Pissarro (1830-1903)
La Maison Delafolie à Eragny, soleil couchant, 1885. Dépot du Musée d’Orsay au Musée de Grenoble.
Jean-Luc Lacroix / Musée de Grenoble © domaine public.

Pissarro à Éragny
L'anarchie et la nature

16 mars - 9 juillet 2017

Musée du Luxembourg, Paris

En 1884, Camille Pissarro (1830 - 1903) s’installe avec sa famille dans le village d’Eragny, dans l’Oise. Pendant vingt ans, il vit au rythme de sa ferme et de la poésie des champs, recevant ses amis artistes, Monet, Cézanne, Van Gogh ou Gauguin. Il y poursuit sa peinture de la vie rurale française et découvre les idéaux anarchistes de la fin du XIXe siècle.

L’exposition du Musée du Luxembourg retrace les dernières années, à la fois bucoliques et engagées, de celui qui est considéré comme l’un des pères de l’impressionnisme.


En savoir plus

 


Claude Monet (1840-1926)
Femmes au jardin
Photo H. Lewandowski © RMN-Grand Palais / Musée d'Orsay)

Jardins
15 Mars - 24 Juillet 2017

Galeries nationales du Grand Palais, Paris

Miroir du monde, le jardin rend compte d’une manière de voir la nature, de la mettre en scène et de la penser. Il est marqué par l’empreinte de l’homme, qui en fait, surtout à partir de la Renaissance, une oeuvre d’art totale. Dans un parcours immersif et poétique, peintures, sculptures, photographies, dessins et installations retracent six siècles de création autour du jardin.

L’exposition, conçue comme une « promenade jardiniste », réunit les plus grands artistes : Dürer, David, Monet, Cézanne, Picasso, Matisse, Magritte ou encore Wolfang Laib.


En savoir plus

 

Emile Bernard (1868-1941)
Madeleine au Bois d'Amour, 1888,
Huile sur toile, 138 x 163 cm
Paris, musée d'Orsay
© RMN-Grand Palais (Musée d'Orsay) / DR

Au-delà des étoiles. Le paysage mystique de Monet à Kandinsky
14 mars - 25 juin 2017
Musée d'Orsay

L'exposition se propose de réfléchir sur la part mystique du paysage symboliste. L'élévation vers l'infini, l'épreuve de la nuit, la quête de lumière, la recherche de fusion de l'individu dans le tout, l'expérience des forces transcendantes de la nature : ces situations, à la fois sensibles et spirituelles, recherchées ou éprouvées tant par le peintre de paysage symboliste que par le spectateur de ses oeuvres, s'apparentent aux étapes du cheminement mystique.

La sélection d'oeuvres comprend des paysages de Gauguin, Denis, Monet, Hodler, Klimt, Munch, Van Gogh, mais aussi des principaux représentants de l'école canadienne des années 1920-1930, tels Lawren Harris, Tom Thomson ou Emily Carr.

Traditions mystiques laïques, catholiques et protestantes entreront ainsi en dialogue, tout comme le rapport à la nature avant et après le cataclysme de la Première Guerre mondiale.


En savoir plus

 

 

Camille Pissarro, le premier des impressionnistes
23 février - 2 juillet 2017
Musée Marmottan Monet

Dans cette première exposition monographique de Camille Pissarro organisée à Paris depuis 36 ans, seront présentés soixante-quinze de ses chefs-d’œuvre, peintures et tempéras, provenant des plus grands musées du monde entier et de prestigieuses collections privées. L'exposition retracera l'œuvre de Camille Pissarro, de sa jeunesse dans les Antilles danoises jusqu’aux grandes séries urbaines de Paris, Rouen et Le Havre de la fin de sa vie.

Considéré par Cézanne comme « le premier des impressionnistes », Pissarro est l’un des fondateurs de ce groupe. Il est également le seul à participer à leurs huit expositions. Compagnon et ami fidèle de Monet, maître de Cézanne et de Gauguin, inspirateur de Seurat, défenseur de Signac, Pissarro est un artiste majeur et incontournable.

Intellectuel polyglotte, engagé et militant, à l’écoute des jeunes générations, son œuvre, puissante et en perpétuelle évolution, offre un panorama unique des recherches qui ont animé les cercles impressionnistes et postimpressionnistes de la seconde moitié du XIXe siècle.


En savoir plus

 


Tina Blau (1845-1916)
Printemps au "Prater", 1882
© Belvedere, Vienne


 

Tina Blau - oeuvres majeures
16 décembre 2016 - 09 avril 2017

Musée du Belvédère, Vienne, Autriche

Grande paysagiste du XIXe siècle, Tina Blau (1845-1916) est évoquée avec une série d’œuvres majeures dans sa ville natale à l'occasion du centième anniversaire de sa mort.

L'exposition présente les oeuvres majeures de chaque étape de sa carrière ainsi que des pièces moins connues mises en lumière par des recherches sur le catalogue raisonné de l'artiste.

Co-fondatrice de l'école d'art de Vienne, elle eut une grande influence sur la génération suivante de femmes artistes.

En savoir plus


 

La nature silencieuse.
Paysages d'Odilon Redon

9 décembre 2016 - 27 mars 2017

Musée des beaux-arts de Bordeaux

Cette exposition est réalisée en partenariat avec le musée des beaux-arts de Quimper, à l'occasion du 100e anniversaire de la mort d'Odilon Redon (1840-1916), peintre d’origine bordelaise. Bien qu’il constitue un aspect encore méconnu de sa production, le paysage fut pourtant l’une des sources essentielles de l’inspiration onirique de Redon dont l’enfance rêveuse et solitaire dans son village natal du Médoc, marqua profondément et durablement son oeuvre. La nature sauvage et austère du paysage médocain, entre landes et marécages, fait écho à celle du paysage breton que l’artiste découvrit dans les années 1870-80 à l’occasion de ses séjours dans le Finistère et le Morbihan. Fasciné par l’atmosphère sombre et inquiétante des côtes finistériennes, Redon y trouvait là aussi, comme dans ses Landes natales, une mélancolie en accord avec sa propre sensibilité. Des études d’arbres dépouillés de la période des Noirs aux paysages de landes ou de bord de mer, en passant par les paysages ruraux et les rues de villages, la solitude et le silence imprègnent tous ses paysages, souvent vides de toute présence humaine.


En savoir plus

Les impressionnistes australiens
7 décembre 2016 - 26 mars 2017

National Gallery, Londres, Angleterre

En 1888, alors que l’on prépare fébrilement le centenaire de l’implantation des colons européens en Australie (un millier de forçats à Botany Bay), de jeunes peintres veulent montrer qu’il existe une école locale. Leur mémorable exposition se tiendra l’année suivante à Melbourne sous le titre curieux de « 9 by 5 Impression », en référence au format choisi, la dimension des couvercles de boîtes de cigares sur lesquels ils s’exercent, mais aussi à l’influence de Monet et des artistes européens. Un siècle plus tard, la notoriété des grands impressionnistes australiens n’a guère franchi la barrière de Corail : qui connaît Tom Roberts, Arthur Streeton, Charles Conder ? Cette rétrospective, motivée par le prêt à long terme au musée d’une toile de Streeton (Blue Pacific) permettra de combler partiellement ces lacunes.

En savoir plus
 

Peindre la banlieue
6 décembre 2016 - 10 avril 2017

Atelier Grognard, Rueil Malmaison

Qu’il s’agisse de représenter ses paysages naturels, ses loisirs ou son industrialisation, la banlieue a inspiré aux peintres des sujets et des interprétations plastiques jamais encore confrontés lors d’une exposition. Elle offre en effet plusieurs visages, sources de divers motifs pittoresques d’abord empruntés à la nature pour elle-même (sous-bois, rochers, arbres, prairies, champs cultivés) et à la vie rustique. Certains paysages peuvent évoluer vers la scène de genre, liée au courant naturaliste (Maurice Éliot, Émile Cavallo-Peduzzi, Alphonse Lint). La représentation de la banlieue peut aussi s’inscrire dans une démarche de dénonciation du « progrès », alors la palette s’assombrit et l’oeuvre se charge d’une connotation politico-sociale dès les années 1880 (Paul Signac, Armand Guillaumin et Maximilien Luce), pour s’affirmer dans la première moitié du XXe siècle (Albert Gleizes, Maurice de Vlaminck, Jean Lugnier, Jean Delpech, Jean Fautrier dans sa période figurative, Michel de Gallard, membre du mouvement qualifié de «misérabiliste»).

Ce sont tous ces motifs et ces approches picturales que l’exposition Peindre la banlieue s’attache à valoriser, mettant ainsi à l’honneur la place de la banlieue dans l’histoire de l’Art. Près de 140 oeuvres seront dévoilées, signées d’artistes reconnus tels Monet, Caillebotte, Cézanne, Corot, Daubigny, Lhote, Gromaire, Dufy, Picabia... et de petits maîtres à découvrir comme Éliot ou Hervier.

Le musée français de la carte à jouer d'Issy-les-Moulineaux accueillera cette exposition à partir de mi-avril 2017.

En savoir plus

Alexandre Hollan (1933-)
Chêne des 3 chemins, 2016
Fusain, 50x65 cm

 

Alexandre Hollan
Des arbres en hiver - Les chemins de la perception

19 novembre 2016 - 28 février 2017

Domaine de Chaumont-sur-Loire

Alexandre Hollan interroge le mystère du regard et de la couleur à travers deux grands thèmes, les arbres et les “vies silencieuses”. Parcourant la nature depuis des années, il a tissé avec les arbres une intime relation issue d’une lente et patiente observation. Ses peintures, empruntes de vibrations, de lumière, d’obscurité, dévoilent la présence mystérieuse de leurs forces invisibles et donnent vie à leurs énergies intérieures.

En savoir plus

Frédéric Bazille (1841-1870)
Les Remparts d'Aigues-Mortes, du côté du couchant, 1867
Huile sur toile, 60 x 100 cm
Washington, National Gallery of Art
Collection de M. et Mme Paul Mellon
© Courtesy National Gallery of Art, Washington, NGA Images


 

Frédéric Bazille (1841-1870). La jeunesse de l'impressionnisme
15 novembre 2016 - 5 mars 2017

Musée d'Orsay, Paris

Comment regarder l'oeuvre de Frédéric Bazille, mort au combat en 1870 lors de la guerre franco-prussienne alors qu'il n'était âgé que de 28 ans ? Si ses premières toiles sont clairement celles d'un peintre en devenir, influencé par le réalisme ou son ami Monet, l'artiste a néanmoins achevé de nombreux chefs-d'oeuvre, dans lesquels s'affirme progressivement son génie singulier.

Une soixantaine de tableaux est parvenue jusqu'à nous, chacun constituant un défi, un jalon, pour le jeune artiste nous permettant d'être attentifs à sa progression vers l'expression toujours plus personnelle de son "tempérament", selon les mots de l'époque.

Organisé de façon thématique et chronologique à la fois, le parcours mêle les oeuvres de Bazille à celles de ses contemporains comme Delacroix, Courbet, Manet, Monet, Renoir, Fantin-Latour, Guigou, Scholderer ou encore Cézanne.

En savoir plus

Maurice de Vlaminck (1876-1958)
Restaurant de la Machine à Bougival, ca. 1905
Musée d'Orsay, donation Max and Rosy Kaganovitch, 1973
©Maurice de Vlaminck, VEGAP, Madrid, 2016 ©RMN-Grand Palais (musée d'Orsay) / Hervé Lewandowski

 

Les fauves. La passion pour la couleur
22 octobre 2016 - 29 janvier 2017

Fondation Mapfre, Madrid, Espagne

La couleur est mise à l’honneur dans les œuvres de cette exposition dédiée au fauvisme, le premier mouvement d’avant-garde historique qui bouleversa l’art dans la première moitié du XXe siècle. Cette exposition propose un parcours à travers ce mouvement mené par des artistes à l’instar d’Henri Matisse, André Derain ou Maurice de Vlaminck.

Sous la houlette de l’école de Gustave Moreau, dans laquelle étudièrent Matisse, Rouault, Marquet, Manguin, Camoin et Jean Puy, les artistes rattachés à ce mouvement d’avant-garde peignaient de manière indépendante en suivant la technique qui exprimait le mieux leur tempérament. Les toiles devaient être avant tout une expression plutôt qu’ordre et composition.

Pour réunir ces œuvres, la participation de collections privées et de plus de 80 prêteurs a été nécessaire, parmi lesquels d’importantes institutions comme la TATE, le Centre Georges Pompidou, le Musée d’art moderne de la Ville de Paris, la Kunstsammlung Nordrhein-Westfalen de Düsseldorf et le Milwaukee Museum of Art.

En savoir plus


 

Daubigny, Monet, Van Gogh
Impressions du paysage

21 octobre 2016 - 29 janvier 2017

Musée Van Gogh, Amsterdam, Pays-Bas

Cette exposition est la première à explorer le rôle de Daubigny comme père fondateur de l'impressionnisme et comme une source majeure d'inspiration pour Vincent van Gogh. Au XIXe siècle, Charles François Daubigny (1817-1878) était l'un des plus importants artistes paysagistes français. Il est devenu célèbre grâce à son désir d'innovation, il était très populaire auprès des collectionneurs, des critiques et du grand public.

En savoir plus

Hercules Seghers (vers 1589-vers 1640)
Sentier forestier, ca. 1618-20
Huile sur toile, 16,1 x 22,7 cm
Collection privée

Hercules Seghers, la rétrospective
7 octobre 2016 - 8 janvier 2017

Rijksmuseum, Amsterdam, Pays-Bas   

Hercules Seghers (vers 1589-vers 1640) est un peintre-graveur peu connu du grand public mais « culte » : il fut notamment adoré de Rembrandt, qui posséda plusieurs œuvres de lui.

Dans une pénombre mystérieuse, bercé par la voix off de John Malkovich, le visiteur découvre les paysages fantastiques de ce visionnaire, riches en mousses, feuillages, crevasses et ravins envahissants. Ce sédentaire du plat pays rêvait de montagnes !

Virtuose de la gravure, Seghers était capable d’en produire des états surprenants en retravaillant la plaque ou le tirage avec des techniques très personnelles.

En savoir plus

Guy de Malherbe (1958-)
Falaise, 2014
Huile sur toile, 120x120cm

Guy de Malherbe
Dépaysages

17 septembre 2016 - 15 janvier 2017

Collégiale Saint-Pierre-la-Cour, le Mans

Le peintre sarthois revient exposer au Mans. La côte normande a nourri son inspiration. Des paysages que l'artiste interprète, transforme et transpose.

Le nom de l'exposition, « Dépaysages », l'indique : l'artiste se livre à un travail de reconstruction. « Il y a le paysage et ce que je recrée à partir de ce paysage », explique Guy de Malherbe.

Lieu de dialogue entre la falaise, la mer et le ciel, la côte normande avec ses plages, ses falaises et ses corniches, inspire son travail depuis 5 ans. « Je suis attiré depuis très longtemps par l'univers minéral de bord de mer ».

En savoir plus

Ferdinand Hodler (1853 - 1918)
Le Lac de Thoune avec le Stockhorn, 1904, Huile sur toile, 71 x 105 cm
Collection Christoph Blocher

Hodler, Monet, Munch
15 septembre 2016 - 22 janvier 2017
Musée Marmottan Monet

Ils ne se sont jamais rencontrés et pourtant Ferdinand Hodler, Claude Monet et Edvard Munch ont été tous les trois obsédés par une même quête : " peindre l'impossible". Comment peindre de face l'éclat éblouissant du soleil ? Comment peindre la neige ? Comment suggérer les mouvements et les variations de la lumière sur l'eau malgré l'immobilité de la peinture ? L'exposition se situe au-delà des clivages de l'histoire de l'art ; en effet  les peintres ne sont pas associés aux mêmes courants artistiques  - symbolisme, impressionnisme et expressionisme.

Le choix des oeuvres nous conduit pas à pas au plus près du processus créatif autour de quatre sections: haute montagne, soleil, neige et eau vive. Certaines oeuvres réalisées sous le signe de la couleur et de la liberté de traitement sont dégagées du devoir d'imitation, si libres qu'elles n'ont guère été comprises de leurs contemporains.


En savoir plus

Wassily Kandinsky (1866-1944)
Murnau – la place du marché avec montagnes, 1908
Huile sur carton
Collection privée

Kandinsky, Marc & Der Blaue Reiter
4 septembre 2016 - 22 janvier 2017

Fondation Beyeler, Suisse

Avant la Première Guerre mondiale, entre 1908 et 1914, un groupe international d’artistes (Der Blaue Reiter - Le Cavalier bleu) profita du climat culturel libéral qui régnait à Munich pour entreprendre une réforme fondamentale de l’art.

Leur objectif était d’affranchir la couleur de l’obligation de représentation, d’émanciper la ligne du contour et de libérer la surface de l’illusion de la figuration. Il ne s’agissait plus de reproduire la réalité visible, mais de représenter des contenus spirituels.

Ce grand tournant de la conception occidentale de l’art a marqué plusieurs générations de peintres et son influence perdure encore aujourd’hui. Ce courant a eu pour principaux représentants Wassily Kandinsky et Franz Marc, qui avaient fait connaissance au début de 1911.

Cette exposition présente plus de 90 œuvres appartenant à d’importants musées et collections particulières du monde entier, parmi lesquelles des chefs-d’œuvre rarement montrés provenant des États-Unis et de Russie.

En savoir plus